Paphiopedilum à Sulawesi

Sulawesi, connu aussi sous le nom de Célèbes, est une île du sud-est asiatique. Elle est située entre Bornéo, les Philippines et la Papouasie Nouvelle-Guinée.

 

Cet article va s’intéresser principalement à l’observation in situ des Paphiopedilums lors d’un voyage en août 2007. Les 5 espèces présentes sur l’île sont  P. celebensis, P. lowii, (et P. lowii var richardianum), P. gigantifolium,  P. sangii et P. intanae.

Paysage typique du pays Toraja

Habitat : aux alentours de 1000m, souvent sur des portions rocheuses fortement inclinées au milieu de fougères, sur de la litière de feuilles, plus rarement au sol dans de l’humus. L’ensoleillement était faible (aux alentours de 10 000 lux) et le couvert végétal dense.

 

La température, le jour, varie de 23 à 30°C et la nuit de 16 à 18°C.

La pluviométrie, très importante, est assez régulière tout au long de l’année. L’humidité moyenne tourne autour de 80 à 85%.

A proximité de ces colonies de P. celebensis, on trouve de nombreux Nepenthes.

Le sud de Sulawesi

 

Les espèces qui ont pu être observées dans cette région, notamment entre Rantepao et Mangkutana sont :

 

Paphiopedilum celebensis

 

Parfois considéré comme une variété de  bullenianum endémique de Sulawesi, c’est une petite plante panachée de 15 à 20 cm de diamètre, portant une inflorescence érigée d’une hauteur de 30 cm avec une fleur unique.

Ces photos ont été prises le long de la route qui relie Rantepao à Palopo.

 

Fleur de P. celebensis

P. celebensis au niveau du sol

P. celebensis sur litière de feuilles

Nepenthes maxima

Paphiopedilum lowii

 

Probablement l’espèce la plus répandue, on la rencontre de Sumatra jusqu’à Sulawesi.

Robuste plante pouvant faire plus de 60 cm de diamètre, feuillage vert et longue inflorescence portant 3 à 5 fleurs.

La variété richardianum qui n’a pas pu être observée lors de ce voyage est endémique. On la rencontre entre Rantepao et Palu.

 

Habitat : plantes observées à 800m, mais la répartition irait du niveau de la mer à plus de 1500m d’altitude.

Le couvert végétal est assez clairsemé ce qui permet aux plantes de recevoir fréquemment plus de 20 000 lux

 

Espèce pouvant pousser sur des parois rocheuses verticales et sur des branches en épiphyte avec ses racines qui vont trouver des poches d’humus, ainsi qu’au niveau du sol sur une litière composée de mousses et de débris végétaux.

 

Cette espèce est fortement collectée, elle sert de plante ornementale dans de nombreux hôtels du pays Toraja ainsi que dans les jardins indonésiens, et elle est parfois exportée vers Java et Bali.

Environnement type

P. lowii litophyte

P. lowii terrestre

Fleur de P. lowii en culture

Le centre de Sulawesi

 

 

Zone plus difficile d’accès, le centre de l’île est splendide. Un peu moins touché par la déforestation et le tourisme, cela reste une partie où la situation politique est délicate et tout déplacement très long.

 

 

Deux endroits ont particulièrement retenu notre attention, le lac Poso et ses environs et la ‘Napu Valley’ dans le parc national de Lore Lindu tant pour la beauté du paysage que pour la grande diversité au niveau de la flore. Nous avons pu y trouver à chaque fois P. sangii et P. gigantifolium.

Malheureusement P. intanae n’a pu être observé, selon nos informations, l’espèce a été collectée à Mendola et sur les pentes du mont Morowali, à l’est du lac Poso.

Lac Poso

Paphiopedilum sangii

 

Espèce endémique décrite en 1987, proche de P. violascens (Papouasie) et de P. hookerae (Bornéo) dont les feuilles panachées mesurent entre 15 à 25 cm. Fleur unique érigée d’une taille variant entre 5 à 10 cm

 

Habitat : 3 sites différents ont été visités, une au sud de Palopo au sommet d’une montagne dans une forêt dense, et les deux autres à proximité de la Napu Valley en remontant des rivières.

Toujours entre 1000 et 1500 m d’altitude dans des zones très humides.

La température la nuit descend régulièrement à 15°C et remonte la journée entre 25 et 30°C.

Fleur de P. sangii en culture

 

Cette espèce est le plus souvent terrestre, parfois les racines se développent dans de la litière de feuilles et des mousses.

Aucune plante n’a été trouvée en épiphyte.

Les plantes observées étaient toujours à l’ombre d’autres végétaux et ne recevaient jamais de soleil direct, l’intensité lumineuse ne dépassant pas les 10 000 lux.

 

Dans tous les sites, le nombre de plantes observées a toujours été faible, jamais plus de quelques dizaines, souvent des individus isolés et non des colonies. Une des raisons pourrait être la collecte des paysans locaux.

Environnement type

Paphiopedilum gigantifolium

 

Probablement la plus grande espèce du genre, cette plante endémique fut découverte en 1997. Ses belles feuilles vertes luisantes font plus de 60 cm. L’inflorescence, proche de P. stonei, porte plusieurs fleurs dans les tons rouge, crème et marron.

 

 

Habitat : 2 sites trouvés à chaque fois le long d’une rivière, le premier proche du lac Poso, à 500 m, le second à Watutao (‘Napu Valley’) entre 1000 et 1100m.

 

Environnement type, 1er site

P. gigantifolium en culture

La température variait en fonction du site de 26 à plus de 30 °C le jour et de 16 à 20°C la nuit.

 

L’humidité était toujours supérieure à 80%.

 

Les plantes observées étaient principalement terrestres sur un terreau de feuilles et de mousses très aéré, et plus rarement dans un humus assez lourd.

 

Quelques individus étaient épiphytes et lithophytes avec beaucoup de débris végétaux à proximité.

 

L’intensité lumineuse était assez importante, et variait de 10 000 à 20 000 lux.

 

La population du 1er site était très importante, plusieurs centaines de plantes sur une surface de quelques dizaines de mètres carrés, alors que sur le 2nd site, trois plantes ont été trouvées.